Vous avez peu à dire en effet, vous ressassez pour exister à tout prix. Manque d’argumentation convaincante ?

Quant aux invitations aux élus d’opposition, vous avez obtenu la réponse en séance de Conseil du 10 juin dernier :

UN SEUL oubli ; quand nous étions élus d’opposition : oublis systématiques.

Dès notre arrivée en avril 2014, nous avons nettoyé complètement le réseau des égouts desservant la salle des Fêtes,le restaurant scolaire, le Centre de proximité Petite Enfance et les écoles. Ce réseau ne dépendant pas de l’entretien par Véolia, il avait été complètement abandonné par la commune.

Depuis cette opération -et pourtant nous avons subi plusieurs orages dont celui du week end de ducasse de l’an dernier- aucune inondation n’a été signalée, sauf celle du 13 août dernier.

Toutes les rues de Meurchin et des communes environnantes, ainsi que de nombreuses caves, ont été inondées(france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/gros-orages-grele-et-inondations… ).

Il ne s’agissait pas d’une censure : les propos de l’opposition dépassaient le nombre de caractères indiqués dans le règlement du Conseil Municipal et nous sommes fondés à considérer que ses élus en avaient conscience. La remarque leur en a d’ailleurs été faite en séance du 10 juin. L’opposition fait parler d’elle. C’est le but recherché. C’est (une partie) de sa mission, si on considère que la tendance de notre époque, à tous les niveaux, est de consacrer une partie de son mandat à ébaucher la future campagne électorale. A chacun sa vision des choses.

Concernant les tarifs des écoles municipales, nous avons décidé de confirmer l’ancienne formule de paiement, bien que la majorité fût pour le paiement annuel.

Ahhh il est certain que l’époque où l’ "on ne voyait qu’une tête" derrière le patron est révolue.
(Cf dictionnaire : démocratie vs autocratie).

Nous avons même failli ne pas répondre aux propos de l’opposition ; en effet, ces messieurs-dames furent quand même décideurs d’une réalisation qui plombe le budget communal pour des années ! ils s’en vantent (« …tous leurs efforts entrepris… » )… on croit rêver.