Cartes nationales d’identité Depuis le 14 mars 2017, les usagers ne déposent plus leur demande auprès de la mairie de leur domicile, mais dans celles équipées d’un dispositif de recueil. Seules 27 communes sur les 890 que compte le département du Pas-de-Calais seront habilitées à établir et délivrer ce document qui constitue la base des papiers réglementaires et des droits civiques de nos concitoyens.

La rupture d’égalité, et donc des droits pour les habitants de notre département est consommée : pour ne citer que l’exemple de la zone du Ternois et d’Hesdin, cela signifie que 60 000 habitants, répartis sur 173 communes devront faire des dizaines de kilomètres pour simplement obtenir leurs pièces d’identité.

Ce constat est vrai ailleurs ; en « rationalisant » les moyens administratifs, on éloigne les citoyens de leur interlocuteur privilégié, la Commune. Connaissant la situation vécue par nombre de nos concitoyens, déjà éloignés des soins, de la santé, les médecins s’éloignent et sont déjà trop peu nombreux, les services publics dont la poste ferment ou « sont réorganisés » ce qui revient au même, les trésoreries, la loi NOTRE a déjà vidé les communes d’une partie de leurs prérogatives à quand leur suppression. L’État cherche à faire des économies, la fermeture des commissariats de police de proximité était une erreur, celui de Wingles occupait une quarantaine d’agents que les communes environnantes ont remplacé par une police municipale, double frais pour nos contribuables, pour un service moindre, résultat, l’insécurité n’a jamais été à un aussi haut niveau. Aujourd’hui, après avoir créé des agglomérations, ce sont des communautés urbaines puis de grandes métropoles dont il est question.

Que devient la loi concernant la décentralisation, censée redonner du pouvoir aux communes et rapprocher les services au plus près du citoyen. Ce n’est pas en créant un nouveau millefeuille, ni en supprimant les communes, car c’est de cela qu’il s’agit, que l’État réalisera des économies. Nous vivons dans un pays plein de contradictions et de gaspillages.

Les élus du groupe, « Ensemble pour un Nouvel Élan»

Czeslaw Wychowski, Sylvie Dupuis, Georges Coquelle, Odile Carlier-Marquis, Bernard Dancoisne, Cathy Wasylikow, Césaire Branchu, Angélique Flavigny, Gérard Hollosi, Valérie Lemaire, Gilbert Stanley, Cathy Bernard, Jacques Tincq, Nathalie Duez, Eric Vilcocq, Laurie Top, José Leborgne, Nicole Ferster

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.