Nous y re-voilà : le récurrent "C’est nous qui l’avions proposé, c’est nous qui l’avions démarré, vous vous contentez de… etc".

Oui, Messieurs-Dames, Cité de la Gare, nous avons œuvré dans la continuité ; encore heureux pour les habitants que nous n’ayons pas raisonné "petit", genre "Ce sont eux qui ont démarré, nous ne prenons donc pas la suite". Allons ! Soyons adultes !

Par contre, une autre de vos décisions coûte CHER à Meurchin, TRES CHER : autour de 2 millions d’€ pour le moment ; et va continuer à coûter TRES CHER, met la Ville dans une situation plus que délicate pour les années à venir, et nous contraint donc à mener des coupes sombres dans les dépenses en tous domaines : la médiathèque et ses dommages co-latéraux :

  • Primo : son coût de base ; cela, nous l’avons déjà mainte fois évoqué ;
  • Sa façade entièrement vitrée, vitres qui se fendent régulièrement et que nous devons régulièrement remplacer ; et ça, le budget de la commune devra le supporter tant que la structure existera ;
  • L’entreprise qui y travaille, en redressement judiciaire, donc qui n’a pas payé à la Société TRPJ les factures afférentes à la benne ; du coup (et on ne peut pas le leur reprocher), TRPJ a décidé de ne pas enlever ladite benne tant que les règlements resteraient en attente.

M le Maire, ancien combattant, est le premier à déplorer cette nuisance lors du Congrès Départemental des ACPG-CATM-TOE et Veuves. Bien que cette situation soit indépendante de notre volonté, nous présentons nos sincères excuses à leur association.

Soutenir le commerce et l’artisanat locaux… :

  • Nous avons commandé les colis de Noël par moitié à l’extérieur et moitié à un commerçant local car ce dernier NE POUVAIT PAS fournir la totalité ; la solution de facilité aurait été de commander le tout à celui qui pouvait tout fournir…;
  • Pour les vœux, un traiteur meurchinois a été sollicité puisque l’autre avait assuré le repas de Noël des communaux ; nous a été annoncé ‘’à vue de nez’’ un montant supérieur de 250 € au devis de Flunch ; pas de devis écrit du traiteur meurchinois et l’info A POSTERIORI qu’il se serait aligné…;
  • Quant aux appels d’offres pour les travaux, ils étaient publiés et chacun pouvait y répondre.

Aucune comparaison, donc, avec les méthodes antérieures :

  • Lidl à Meurchin = perte de chiffre d’affaires pour tous les "petits" commerces de la ville ;
  • Plus généralement, la Loi est la Loi, aussi dure qu’Elle soit parfois : si appels d’offres, pas de notion de soutien aux entreprises locales.

"Avant" , c’était "avant" . Maintenant, par exemple, afin de choisir un prestataire pour la médiathèque (oui, encore elle), les élu(e)s d’opposition à la commission d’Appel d’Offres seraient convié(e)s.

Moralité : Si nous avions décidé de laisser la médiathèque, source de oh combien de problèmes, devenir une friche comme ça s’est produit ailleurs, oh combien de soucis seraient épargnés au budget de la commune et à l’équipe aux affaires.

Les élus du groupe, « Ensemble pour un Nouvel Élan»