M. Daniel Top, Maire Alors que nous faisons des efforts considérables pour ne pas alourdir les impôts qui pèsent sur chacun d’entre nous, les taux d’imposition de notre ville, malgré la baisse de dotation décidée par le Gouvernement pour la troisième année consécutive, n’ont pas été augmentés depuis 2013. Afin de boucler le budget 2016, et pour combler la baisse de dotation imposée par le Gouvernement, les élus socialistes, verts et apparentés qui dirigent la CALL, ont trouvé une solution radicale : augmenter la pression fiscale qui pèse sur la population de notre territoire.

Le taux de la taxe d’habitation de la CALL (intercommunalité) qui était de 11,5 % passe à 14,01 % soit une augmentation de 2,5 %.

Le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties de la CALL (intercommunalité) qui était de 0 % passe à 2,5 % soit une augmentation de 2,5 %.

C’est plus de 8 millions d’euros d’argent frais que les élus communautaires socialistes, verts et apparentés prennent dans vos poches pour financer leur «ambition» pour notre territoire.

La taxe sur les ordures ménagères (TEOM) qui était de 7,07 % passe à 6,07 % soit une baisse de 1 % avec des collectes en moins, ce qui ne correspond plus à la réalité des services rendus, la CALL y trouve son compte pas vous. Après avoir supprimé en juin 2015 les centres de premier secours « CPI », nous allons payer une fois encore, la politique d’austérité du Gouvernement, notamment la baisse des dotations.

À plusieurs reprises, les élus communistes et républicains de notre communauté d’agglomération ont tiré le signal d’alarme concernant la dérive de certaines dépenses : subventions au syndicat mixte de gestion du stade couvert régional de Liévin, à la plateforme multimodale de Dourges, sans compter les 12 millions d’euros de travaux de rénovation du stade Bollaert pour l’accueil de 3 matchs de poule et un match de huitième de final de l’Euro 2016…

Parce que nous considérons que l’argent des contribuables doit être utilisés à bon escient et que le maintien et l’amélioration des services rendus aux habitants sont indispensables, nous avons proposé, à plusieurs reprises, la réalisation d’économie sur des projets onéreux et à l’utilité contestable. Ces propositions ont systématiquement été rejetées.

Confrontée à la précarité, au chômage, à de petites retraites et à des salaires en berne, la population de notre secteur mérite une attention particulière et non une imposition supplémentaire.

Quand le Gouvernement et les élus socialistes de notre territoire comprendront-ils que ce n’est pas en réduisant le pouvoir d’achat des familles que l’on relancera la consommation et, donc, l’économie.

Daniel TOP, Maire de Meurchin